Les accessoires du thé


Les accessoires du thé


Le tokonoma est l'alcôve où le maître prépare le thé. Cet endroit est décoré d'un rouleau suspendu, le kakemono, qui présente selon les occasions un poème, une épigramme zen, une phrase calligraphiée par un grand maître du thé, un dessin très simple, ect. Ce rouleau est en quelque sorte le titre ou le thème sous lequel se déroulera la cérémonie; tous les ustensiles qui serviront auront été choisis avec grand soin, en accord avec ce thème. Un vase de fleurs de saison fraîchement cueillies est également disposé harmonieusement par l'hôte dans l'alcôve.

Les ustensiles nécessaires à la cérémonie ont été apportés dans l'alcôve et peuvent être disposés sur une table ou sur un support de bois, laqué noir et finement orné. Sur la partie supérieure, on dépose soit le contenant de thé ou un pot à encens en guise de décoration. A la partie inférieure, on trouve un brasero portatif (si un âtre permanent n'est pas encastré directement dans le plancher du pavillon) sur lequel est placée une bouilloire de fonte. A côté, sont disposés un récipient à eau en porcelaine, un contenant pour les eaux usées (qui est souvent en simple bois brut), une louche en bois et son support en bambou, une cuillère également en bambou et un fouet de même matériau. Un brûleur à encens peut y être ajouté.

Les boîtes à thé, souvent fort anciennes, sont en porcelaine ou en laque et peuvent être de formes très variées allant de boules aplaties aux cylindres allongés, en passant par la forme de gourde appelée "jujube" d'après le fruit de cet arbre. Ces formes s'accordent aux types de cérémonies du thé, formelles ou informelles. Lorsqu'elles ne servent pas, les boîtes à thé sont conservées dans une housse de soie, placées dans une boîte spéciale, elle-même emballée dans un sac et rangée dans un autre boîte. Le couvercle des boîtes à thé en porcelaine est en ivoire, doublé d'une feuille d'or.

Autrefois en ivoire, les cuillères à thé sont maintenant fabriquées en bambou par les maîtres eux-mêmes et conservées dans un étui en bambou marqué à leur nom. Deux sortes de fouet existent, un pour le thé léger et un autre pour le thé épais. La forme est essentiellement la même, soit un bambou fendu, l'un étant plus gros et plus fort que l'autre. Le brasero sert à faire chauffer l'eau de la bouilloire. Il existe sous forme portative ou encastré dans le plancher du pavillon de thé. Il est alimenté avec du charbon de bois.

©1996: Centre d'histoire de Montréal
Source de l'image: Tea Ceremony, Tokyo 1991