Cha no yu


Cha no yu

La cérémonie japonaise


Le Chado (la voie du thé) est conçu comme un véritable mode de vie pour découvrir la vraie beauté des choses. La cérémonie est à la fois extrêmement codée et très simple. Il existe certaines variantes, selon les écoles, mais elles sont subtiles. Suivant le type de cérémonie, le rituel durera de 45 minutes à 4 heures.

La cérémonie a lieu dans le pavillon du thé (cha-shitu), une humble maisonnette construite à l'écart, au fond d'un jardin (roji). Les invités, au nombre maximal de 5, auront pris soin de se vêtir en accord avec le type de cérémonie, formelle ou informelle. Ils traversent le jardin jusqu'à la clôture intérieure; près de celle-ci, ils trouveront un banc où ils pourront attendre que leur hôte vienne les accueillir. En signe de bienvenue, le portail est entrouvert, le sentier est propre, débarassé des feuilles mortes et parfois même arrosé d'eau.

Les préparatifs de la cérémonie terminés, l'hôte vient chercher ses invités à l'entrée du jardin intérieur. Il les accueille d'un simple hochement de tête et les guide vers le pavillon. A un certain moment, il s'arrête près d'une pierre creusée contenant de l'eau fraîche. Les invités pourront puiser de l'eau à l'aide d'une louche en bambou et se laver les mains et la bouche en signe de purification; chacun effectuera ce rituel, puis rincera la poignée de la cuillère avant de la remettre à l'invité suivant.

La porte d'entrée du pavillon étant très basse, les invités ne peuvent y pénétrer qu'en se courbant, signe d'humilité. Les chaussures ainsi que les armes des samouraï sont laissées à l'extérieur. À l'intérieur, la lumière est tamisée, de l'encens brûle, et une bouilloire est déposée sur le feu. L'atmosphère y est fraîche en été et chaleureuse en hiver.

Les invités se dirigent vers le tokonoma, l'alcôve, pour y admirer le rouleau suspendu (kakemono), le vase de fleurs saisonnières et les ustensiles puis gagnent leur place. L'hôte arrive avec un repas léger, le kaiseki, servi dans des plats laqués noirs et composé de produits de saisons présentés avec art. Les invités se doivent d'apprécier le raffinement et la présentation des aliments qui seront donc savourés de trois manières : des yeux, de la langue et du coeur.

L'hôte peut alors débuter la préparation du thé. Il dispose ses ustensiles et il les purifie symboliquement en essuyant la boîte à thé à l'aide d'un tissu de soie. Avec l'aide de la louche, il prélève de la jarre une quantité d'eau qu'il met dans le bol, le fouet y est rincé et examiné avec soin. L'eau est jetée dans le récipient réservé à cette fin. Ensuite, avec la cuillère il prend un petite quantité de poudre de thé vert (Matcha) qu'il dépose dans le bol et il y ajoute de l'eau frémissante tirée de la bouilloire. A l'aide du fouet il bat la préparation, y ajoute de l'eau fraîche et bat encore.

Une fois le thé prêt, le bol est offert avec une salutation à l'invité principal qui le dépose d'abord entre lui et l'invité suivant et s'excuse de boire avant lui, puis il le remet devant lui et remercie l'hôte. De sa main droite, il soutient le bol, le dépose dans la paume de sa main gauche et salue légèrement. Le bol lui ayant été donné la face principale tournée vers lui, l'invité le fera pivoter afin que lorsqu'il aura fini de boire, la face principale soit à nouveau du côté de l'hôte. Pour ce faire, l'invité élèvera d'abord le bol jusqu'à son visage, lui fera faire un quart de tour vers la droite en le baissant, puis l'élèvera à nouveau pour boire et lui fera faire un second quart de tour en le redescendant. A la dernière gorgée, on doit balancer sa tête vers l'arrière en faisant un léger bruit de la gorge afin de manifester sa satisfaction.

Après avoir bu, l'invité essuie le bord du bol avec ses doigts (qu'il essuiera ensuite sur une serviette en papier), l'admire puis le rend à l'hôte qui refera une nouvelle préparation et le servira à l'invité suivant de la même manière.

Quand tous ont bu, il convient d'examiner le contenant de thé ainsi que la cuillère et de questionner l'hôte à leur sujet. L'hôte reprend ensuite les ustensiles, les range, ouvre la porte du pavillon et s'incline pour prendre congé. La cérémonie est terminée. Dans les cérémonies formelles, on boit d'abord un thé épais puis un second, cette fois-ci, léger.

Les Japonais n'exécutent pas ce cérémonial chaque fois qu'ils désirent boire une tasse de thé. La cérémonie du thé est en fait devenue une activité sélecte réservée aux classes aisées mais que toute jeune fille de bonne famille se doit d'apprendre. Les Japonais, comme tous les amateurs du monde entier, consomment le thé (vert) en infusion, le ocha (cha, mot chinois signifiant thé, précédé du « o » honorifique). Il s'agit même de la boisson nationale japonaise.

©1996: Centre d'histoire de Montréal
Source de l'image: Centre d'histoire de Montréal