Le thé pendant la guerre


Le thé pendant la guerre


Lors de la Deuxième Guerre Mondiale, les importations sont de beaucoup réduites, les bateaux devant d'abord servir à des fins militaires. Les stocks de thé et de sucre baissent fortement et la pénurie menace.

Une commission des prix et du commerce chargée de la surveillance des prix en temps de guerre est créée. On recommande aux ménagères de diminuer de moitié leur consommation de thé et du quart leur consommation de café. Mais cela ne suffit pas. À partir de 1942, le sucre, le thé et le café sont rationnés.

Les rations, pour une période de deux semaines se résument à une once de thé ou de quatre onces de café, au choix, pour toutes personnes de plus de 12 ans, les enfants n'ayant droit à aucune part. Comme la Commission n'accorde pas de rations supplémentaires dans le cas des fêtes ou des mariages, les lettres A.V.P.T. font leur apparition sur les faire-part. Elles signifient : « apportez votre propre thé» !

Le rationnement est levé le 19 septembre 1944.

Après la guerre, les nombreux tea-rooms du début du siècle renaissent à Montréal, dont ceux des grands magasins ou des hôtels tels le Ritz ou le Reine Élisabeth.

©1996: Centre d'histoire de Montréal
Source de l'image: La Patrie, juin 1942